Union de Quartiers Buclos Grand-Pré - Meylan

Qui sommes-nous?

Agenda

Les activités

Les fêtes

Écho du Habert

Écho en Ligne

Les jardins familiaux

Environnement

Contacts

 
Accès membres
 

Charte de la gestion durable des espaces verts dans le quartier Buclos Grand Pré

Le quartier Buclos Grand Pré bénéficie d'une trame d'espaces verts essentielle qui participe à la qualité de vie de ce quartier, néanmoins il convient de garantir son étendue actuelle et de la développer pour assurer par endroits sa continuité nécessaire au développement de la diversité de la faune et de la flore.

Ce document a pour objectif, d'une part de décrire l'état actuel de la trame verte afin de défendre l'existant sur la base de l'établissement d'une cartographie, et d'autre part de proposer à la ville et aux habitants des recommandations de gestion concertée afin que les citoyens assurent leur rôle de veille pour améliorer l'entretien et le développement de cette trame verte et enfin de proposer quelques actions concrètes de réhabilitation.

Plan:

Etat actuel de la trame verte

Recommandations de gestion

Quelques actions de défense et de réhabilitation

Correspondants de la trame verte(inscrivez-vous!)

Etat actuel de la trame verte

La trame verte est constituée de plusieurs types de couverts végétaux :

Les pelouses

Avant le début de l'urbanisation dans les années 70, le paysage de Buclos Grand Pré était un bocage, c'est-à-dire constitué de prairies naturelles plus ou moins humides, entourées d'un réseau de haies (origine de la dénomination Buclos). Aujourd'hui la seule relique de ce paysage est le terrain dit de "la Fac. de Pharmacie". Toutes les autres pelouses existantes, ont été semées après la construction des bâtiments dans les différentes opérations foncières qui ont constitués ce quartier.

Ces pelouses, sont gérées de façon "classique", tondues assez rases plus d'une douzaine de fois par an, du printemps à l'automne. La gestion relève dans la majorité des cas de la responsabilité des copropriétés, puisque ce sont des espaces privés interstitiels aux bâtiments. La commune gère les pelouses du gymnase, du stade et du collège des Buclos, de la ZAC des Buclos, du terrain de sports de la Fac. de Pharmacie (appartenant à l'Université) et des abords de la mairie.

A noter que les pelouses des parcs du Bachais et du Bruchet, espaces communaux, sont gérées différemment par la commune depuis environ 5 ans, c'est une "gestion différenciée", certains endroits sont tondus à ras classiquement, tandis qu'environ un quart de la surface est fauché tardivement pour assurer une floraison complète et un aspect plus champêtre.

Les haies et les bosquets

Quelques unes des haies existantes sont des reliques du paysage de bocage qui existait autrefois dans ce secteur de Meylan, dont le rôle était surtout d'absorber l'eau en excès dans cet espace plat au caractère fortement humide dû aux nombreuses résurgences d'eau et aux ruisseaux issus du Saint Eynard. Ces haies sont constituées d'arbustes variés de 2 à 4m et de quelques arbres hauts de tige de 5 à 15m, tels que saules, peupliers ayant la capacité de pousser en milieu humide qui étaient taillés régulièrement tous les 3 à 5 ans en "têtard". Dans ces anciennes haies se trouvaient aussi des arbres plus nobles tels que les chênes.

Lors de la construction du quartier, beaucoup de haies et de bosquets ont été plantés entre les immeubles et en limite de chaque copropriété. Les essences choisies sont très variées, on trouve en effet rarement des haies mono-spécifiques de thuya ou de laurier-cerise comme dans les secteurs d'habitat individuel. L'entretien de cette végétation est bien souvent confié à des entreprises paysagistes et dans quelques cas aux gardiens des immeubles. Dans la plupart des cas, les haies sont taillées chaque année, de manière classique, dans le style "à la française", au carré ou en boule pour les arbustes décoratifs isolés dans les pelouses. Dans les copropriétés, les bosquets en forme libre sont peu nombreux.

Dans l'espace public, le long des axes de circulation, route, piste cyclable, cheminement, il existe un réseau important de haies et de bosquets. Là aussi les essences choisies sont très diversifiées. L'entretien est assuré par les équipes des espaces verts de la commune. L'importance de la tâche induit une fréquence d'intervention plus faible, tous les 3-4 ans. Ainsi ce genre de haies a un aspect semi naturel, qui en fait un réseau intéressant de refuge pour toute la petite faune (oiseaux, petits mammifères, insectes).

Le réseau de haies sur l'espace privé et public est donc étendu, et très diversifié. Néanmoins, à certains endroits des usages abusifs le fragilisent, notamment les passages répétés de piétons et de vélos qui le traversent. Par ailleurs, sur l'espace public, pour éviter des interventions répétitives coûteuses confiées à des entreprises paysagistes sous-traitantes, certaines haies et bosquets supportent des tailles parfois très sévères, inesthétiques et pénalisantes vis-à-vis de leur fonction de refuge pour la faune.

Les grands arbres

Dans les grandes copropriétés, on trouve aussi de grands arbres dispersés dans les pelouses. Ce sont des espèces classiques des parcs et jardins (conifères variés, tilleuls, chênes, érables, platanes…), âgés de trente à quarante ans, qui sont en général dans un bon état sanitaire et ont un avenir patrimonial.

Par contre, lors de la construction des immeubles, les paysagistes soucieux de donner rapidement un caractère verdoyant aux espaces, ont planté beaucoup de peupliers et de saules, espèces à croissance rapide. Ces derniers atteignent maintenant des hauteurs présentant des risques près des immeubles. Leurs racines provoquent aussi fréquemment des déformations du revêtement des parkings et des trottoirs.

Sur le domaine public, on citera l'inventaire fait par la commune :
"Six genres dominent l’ensemble des boisements : les peupliers, les chênes, les frênes, les érables, les platanes et les saules. Des haies forestières, conférant une ambiance naturelle, sont situées majoritairement au niveau des limites de la ZAC des Buclos, le long des pistes cyclables et des voiries secondaires, ainsi qu’aux environs de la crèche des Buclos, du quartier Grand-Pré et du gymnase. Ce même type de boisement borde la partie sud du parc du Bachais. Peupliers et saules têtards balisent assez régulièrement le décor. Les platanes sont plantés principalement en alignement, Allée du Bret, Place du marché des Buclos, Avenue du Vercors, Allée des Mitaillières. L’avenue de Verdun est caractérisée sur ce quartier par des alignements de trois types : de jeunes plantations d’érables près du centre commercial de Carrefour et du terrain de foot des Buclos, des peupliers assez âgés vers l’entreprise Schneider Electric et de jeunes érables à l’ouest du rond-point du Lycée du Grésivaudan" (voir sur le site de la mairie de Meylan...).

Tous ces arbres sont répertoriés par la commune, et font l'objet d'un plan de gestion particulier associé à des diagnostics d'experts. Les peupliers nécessitent des interventions occasionnelles de taille de réduction pour assurer la sécurité publique.

Cartographie de la trame verte

L'ensemble de cette trame verte contribue à la qualité de vie du quartier, c'est un élément important de la "biodiversité", c'est-à-dire l'ensemble des êtres vivants (plantes, animaux, micro-organismes). La diversité des espèces végétales conditionne à son tour la diversité de la faune : petits mammifères (lapin, écureuil, hérisson…), des oiseaux, des insectes (abeilles, papillons, …).

La carte ci-contre, a été établie par l'UQBGP à partir de documents d'urbanisme communaux, et de nos observations de terrain. Elle représente les pelouses, les haies, les bosquets forestiers, ainsi que les Espaces Boisés Classés (EBC), répertoriés dans les documents d'urbanisme qui bénéficient d'une protection particulière.

Cet inventaire recense tous les éléments qu'il convient de sauvegarder et dont il faut garantir l'intégrité dans des aménagements futurs. La Commission Environnement de l'Union de Quartiers Buclos Grand Pré pourrait assurer ce rôle de veille.

Recommandations de gestion

Il s'agirait d'établir une gestion concertée des espaces verts du quartier entre les différents partenaires : Mairie, services techniques des espaces verts, habitants, Union de Quartiers Buclos Grand Pré, écoles de Grand Pré, collège des Buclos, syndics des copropriétés. Ceci pour que chacun à son niveau prenne conscience des intérêts de la trame verte existante, afin de défendre son intégrité, voire de la renforcer. Par ailleurs, pour augmenter la biodiversité (2010, année de la biodiversité), il s'agirait de passer progressivement sur certaines zones d'une gestion classique à une gestion semi naturelle. En effet le fait de diminuer le nombre et l'intensité des interventions, aboutirait à un aspect plus champêtre et augmenterait les possibilités d'abris de toute la petite faune (insectes, oiseaux, petits mammifères).

La gestion différenciée est un concept appliqué depuis plus de dix ans dans les parcs et jardins de la commune, qui consiste à particulariser la gestion des espaces verts selon leurs usages et implantations. Pour donner des exemples, la pelouse du terrain de foot est tondue régulièrement à ras pour permettre aux sportifs de jouer au ballon, de même les pelouses centrales des parcs publics sont également tondues à ras pour que chacun puisse s'y promener ou s'y reposer. Ceci correspond à une attente esthétique de beaucoup d'habitants qui ont toujours en modèle le gazon anglais. Par contre certaines buttes ou zones périphériques du parc du Bruchet sont fauchées tardivement, donnant l'aspect d'une prairie naturelle. Cela permet aux plantes d'accomplir leur cycle naturel : croissance, fleurissement, reproduction par graine. Ce mode de gestion est très favorable à l'augmentation du nombre des espèces végétales et au développement de la petite faune.

Applications de la gestion différenciée à la trame verte du quartier.

  • Les pelouses

Dans les copropriétés, les pelouses tondues à ras sont un critère d'esthétique pour beaucoup d'habitants en recherche de perfection. Pourtant pour un entretien durable de la pelouse, il faudrait limiter la hauteur de coupe à 6-8  cm tout en éliminant que le tiers du brin d'herbe. Un gazon haut ombrage le sol et renforce la résistance de la pelouse à la sécheresse. Ce type d'entretien permet de diminuer la fréquence des coupes, c'est donc une économie de temps et d'énergie. Dans les grandes copropriétés, une fauche tardive sur certains îlots, dont l'emplacement serait accepté par les habitants, pourrait être pratiquée. Ceci outre l'augmentation de la biodiversité, évoquerait davantage l'aspect de prairies parsemées de fleurs, attirant papillons et autres insectes.

  • Les haies et bosquets

Dans l'espace des copropriétés, pour rompre la monotonie des haies au carré, des arbustes isolés en boule, il faudrait trouver un équilibre entre gestion classique et gestion semi naturelle. En diminuant la sévérité des tailles, certaines haies et arbustes isolés pourraient être conduits en forme libre. Les bosquets en général situés en périphérie ou dans les secteurs moins fréquentés des copropriétés devraient aussi être plus systématiquement gérés de manière allégée. Le parterre de ces bosquets, devrait laisser libre cours à la végétation spontanée, comme par exemple le lierre, et ne pas être débarrassé systématiquement des feuilles mortes l'automne. Ainsi ces secteurs deviendraient des îlots de diversité en offrant des abris pour les oiseaux, insectes, et petite faune (hérissons, écureuils…).

Sur l'ensemble de l'espace privé et public, il est possible d'identifier un réseau de haies forestières et de bosquets, répertoriés sur la carte ci-jointe "bosquets cartographiés par l'UQBGP" et "Espaces Boisés Classés (EBC) au PLU". Ces couverts végétaux constitueraient un véritable "corridor biologique", s'il était conduit de façon semi naturelle, voire naturelle, avec un minimum d'interventions relevant de la sécurisation du public.

Sur ce réseau identifié, il s'agit d'obtenir l'engagement des différents acteurs pour respecter ce mode de gestion. Sur l'espace public, l'Union de quartiers, au nom des habitants, engage des discussions avec la mairie, pour que ces éléments du paysage soit classés "zone naturelle ou forestière à protéger" au futur PLU. Dans les copropriétés (privées ou avec bail emphytéotique), des correspondants assureraient le lien avec les entreprises paysagistes ou les gardiens responsables de l'entretien des espaces verts.

Quelques actions de défense et de réhabilitation

  • 1 - Préservation d'un terrain de détente et de proximité : le terrain de sports et les Jardins Familiaux de la Fac. de Pharmacie

Rappelons que le terrain de sports de l'avenue du Vercors, représente un véritable poumon vert, un espace de détente pour les nombreux habitants de ce quartier. Il est aussi une agréable échappée visuelle et paysagère. Son usage est très diversifié par le type d'activités pratiquées et par l'origine de ses usagers. Les activités vont du sport (football, rugby, jogging), aux activités récréatives (promenade piétonne, farniente), aux activités culturelles (cirque plusieurs fois par an). En semaine cet espace est largement utilisé pour les sports collectifs par les élèves du Lycée du Grésivaudan et par les employés d'Inovallée après leur travail. Enfin 4000 m2 sont réservés à l'activité des Jardins Familiaux, cultivés par 70 familles depuis 25 ans et bien intégrés dans le paysage. Cette parcelle est aussi agréée refuge LPO pour les oiseaux depuis une dizaine d'années, signe d'une biodiversité reconnue Ce type de terrain de détente de proximité qui pourrait servir d'exemple pour l'aménagement futur d'autres quartiers sera défendu vigoureusement par l'UQBGP qui a pris bonne note de l'engagement de la mairie de préserver cet espace de toute construction.

  • 2 - Plantation d'une nouvelle haie, Boulevard des Alpes, coté Chantourne

Il y a quelques années l'une des chantournes qui longe du Boulevard des Alpes a été busée par le syndicat des digues (Symbhi). Il était prévu que cet espace soit végétalisé après les travaux. Cette opération n'a pas eu lieu et dernièrement Gaz de France y a enterré une conduite de gaz. Cet espace nu, de 6 m de large et de 500m de long, allant du chemin de la Taillat aux tennis couverts, conviendrait bien à l'installation d'une haie champêtre. Ceci complèterait un espace semi naturel constitué par la grande Chantourne et la butte anti-bruit plus ou moins arborée de l'autoroute. Par ailleurs la piste d'entretien pourrait devenir un chemin plus convivial s'il était protégé de la circulation du Boulevard des Alpes par la haie. Cette demande de plantation devra être réitérée auprès du Symbhi. Un sponsoring de Gaz de France, pourrait aussi être sollicité pour financer cette plantation, dans le cadre de son image pour un "développement durable". Cette haie pourrait être une haie champêtre assez large, composée d'une grande variété d'arbustes indigènes et décoratifs, à feuilles caduques et persistantes (au moins 40 espèces possibles, cf Haie des Jardins Familiaux). Coté Chantourne, seraient privilégiés des arbustes à fruits à coquille (sinon risque de pollution de l'autoroute), tel que noisetiers verts et pourpres, noyers, qui pourraient être ramassés depuis le sentier. Cette haie champêtre conduite de façon semi naturelle, pourrait devenir un maillon d'un corridor biologique. Elle pourrait en outre être choisie comme support pédagogique pour le collège des Buclos voisin.

  • 3 - Plantation d'une haie fruitière près des écoles et création d'un refuge LPO pour les oiseaux

Pour renforcer l'intérêt d'une haie pour les enfants, une haie existante pourrait être enrichie par des arbustes fruitiers : framboisiers, cassis, groseilliers à grappe, à maquereaux, caseilles, mures sans épine, noisetiers. Un lieu conviendrait situé près de l'école primaire et maternelle de Grand Pré, au sud des garages de la copropriété Grand Pré et abrité de la pollution rapprochée de la circulation.

Par ailleurs, l'ensemble de l'espace des écoles primaire et maternelle de Grand Pré (cours d'école, terrain de foot, pré du Habert, ruisseau à ciel ouvert) est limité sur les quatre cotés par une haie ou des bosquets quasi continus, conduits déjà de façon semi naturelle. Cet espace pourrait constituer un site d'un refuge pour les oiseaux agréé par la Ligue pour la Protection des Oiseaux (LPO). Ce refuge pourrait être un outil pédagogique pour faire découvrir la biodiversité de proximité aux enfants, avec des opérations ludiques comme la construction de nichoirs, de mangeoires, l'observation des oiseaux et l'écoute de chants, la découverte des espèces végétales des haies... Cette opération pourrait se faire en collaboration avec le CINE.

  • 4 - Massifs décoratifs

Sur des îlots de pelouse nue, il pourrait être demandé aux services techniques de créer des massifs assez rustiques, demandant peu d'entretien, constitués de céréales (blé, orge, avoine…) mélangées à certaines plantes messicoles ou compagnes des moissons qui deviennent de plus en plus rares (coquelicot, bleuet, nielle des blés, adonis, ...) ainsi que de diverses plantes mellifères (lavande, phacélie, bourrache, sauge…). L'îlot de pelouse entre la maison de quartier des Buclos et le Centre Commercial des Buclos, conviendrait bien pour un premier essai.

  • 5 - Elargissement d'une haie dégradée

Certaines haies sont dégradées soit par des traversées fréquentes de piétons ou de cyclistes, ou par grignotage des tondeuses à gazon lors des tontes trop rapprochées du pied des arbustes. Un essai de réhabilitation pourrait être entrepris, en posant des barrières provisoires et en plantant simultanément de nouveaux arbustes destinés à épaissir la haie, ceci s'accompagnant de consignes au tondeur. La haie située à l'est du gymnase des Buclos pourrait bénéficiée de ce traitement.

  • 6 – Réduction de l'emploi des pesticides dans l'espace des copropriétés.

Pour limiter la pollution, il s'agirait de convaincre les copropriétés de réduire l'usage des désherbants et autres produits phytosanitaires pour l'entretien de leurs espaces verts comme la commune s'est engagée à le faire sur l'espace public.

Si vous adhérez à ces points de vue, pour compléter la liste des correspondants de copropriété, accepteriez vous ce rôle pour votre copropriété.
Faite le savoir à la commission environnement en déposant un message à
André Bornard

Annexe Correspondants de la trame verte (inscrivez-vous)

CopropriétéAdresseSyndicEntreprise paysagiste responsable entretien espaces vertsCorrespondant médiateur de l'Union de Quartiers
Grand Pré1, 3, 5,7, av du VercorsCollet-BeillonGardien : Mr CotaniHenri Biron
Grande Lame36, 38, Chemin de la taillat  ?
Manival9, 11, 13, 15, Av du VercorsPellissier RonzinoGardiens : Agnès Lauféron et Cédric RualAndré Bornard
Grand Crêt17, 21, Av du VercorsPellissier Ronzino ?
Emmendra19, 23, Av du VercorsPellissier Ronzino ?
Les TerrassesAllée du Pré BlancLesceneSèveJacqueline Petit
La ChantourneAllée du Pré Blanc  ?
Les EyminéesAllée des Eyminées  Bernard Perraudin
Zac des BuclosAllée du Bret, 29 au 49 Avenue du VercorsSDH ?
Copropriété les BuclosAllée des MitaillèresFoncia AndrevonEvolution JardinYolande Vallon
Les Sources   ?
Arboretum   ?
Les 4 Seigneurs40,chemin des Buclos 13, avenue de VerdunPellissier RonzinoGardien Mr Dujet?
Les 4 Seigneurs15, 17,19, avenue de VerdunMr ChanazGardien Mr Dujet?
La Piat1 au 11 Allée de la Piat  Gilbert Hudry
Résidence du ChâteauAvenue de Verdun  ?
 

Page modifiée : 02/11/2010 12:20